Category Archives: Cancer

QUELLE EST LA PLACE DE LA REFLEXOLOGIE DANS LA MEDECINE INTEGRATIVE ?

« Médecine Intégrative », voilà une nouvelle expression que l’on entend de plus en plus…

Cela fait une trentaine d’années que les Drs Andrew Weil et David Eisenberg ont développé ce concept qui consiste à associer les médecines dites « conventionnelles » et les approches complémentaires en une seule et même démarche de soin.

Andrew Weil, jouissant d’un extraordinaire pouvoir médiatique (il a fait 2 fois la Une de Times Magazine en 1997 et 2005) a beaucoup œuvré au développement de  cette approche, en créant en 1994 le premier programme de Médecine Intégrée à l’Université de l’Arizona. Lui-même est diplômé de Harvard, en Botanique et en Médecine, ce qui explique sa compréhension du monde végétal et son attirance pour les solutions naturelles d’une part, en même temps que son approche scientifique et cartésienne de l’autre.

Andrew Weill Time Cover 2 Andrew Weill Time Cover

Avec David Eisenberg qu’il a rencontré à Harvard, ils ont donc formalisé l’idée que, pour venir à bout d’une pathologie, il est intéressant  d’utiliser tous les outils à disposition, des plus actifs et rapides : la médecine conventionnelle et l’allopathie, aux plus subtils et profonds : les médecines douces ou complémentaires.

C’est une immense avancée parce que, grâce à eux, le courant de la Médecine Intégrative s’est implanté dans les milieux universitaires. Un consortium, formé de 58 facultés de médecine aux États-Unis,  4 au Canada et 3 au Mexique en fait la promotion (clic). Il a permis d’en introduire l’enseignement dans les programmes de médecine et de faire progresser la recherche sur les approches complémentaires. La création, par les « National Institutes of Health » aux États-Unis, d’un organisme visant le financement de la recherche sur ces approches a favorisé grandement cette évolution. Et il faut savoir que l’OMS commence à s’intéresser à une pratique quand elle est enseignée à l’Université… Pour le moment, rien de ce côté-ci de l’Atlantique mais ce n’est sans doute qu’une question de temps. Tous les espoirs sont donc permis.

Ainsi donc, on peut imaginer que bientôt, en même temps que le gynécologue, par exemple, prescrira un traitement médicamenteux pour venir à bout d’une endométriose, il prescrira aussi des séances de sophrologie, d’acupuncture ou autre. Il est envisageable que le protocole mis au point par l’oncologue fasse une place à de l’aromathérapie, de l’hypnothérapie ou de la chromatothérapie. Il se peut aussi qu’un jour votre médecin traitant, en plus de votre sachet quotidien de laxatif pour combattre votre constipation chronique, vous conseille de consulter un(e) praticien de Médecine Chinoise ou un auriculothérapeute…

Et quand j’écrivais en 2012 que je rêvais de voir un jour peut être médecine traditionnelle et approches complémentaires marcher main dans la main, je ne croyais pas si bien dire… (Relire l’article ici)

Et voilà pourquoi je refuse le terme de Médecine Parallèle (les parallèles ne se rencontrent jamais, on apprend cela à l’école), alternative (obligation de choix entre 2 possibilités), non-conventionnelles (qui ne correspondraient pas à une règle de conduite admise au sein d’un groupe social), même douce ne me sied pas (allez vous faire masser les pieds par un médecin chinois et vous reviendrez me dire si c’est doux)… Utilisons définitivement le terme de complémentaire, tellement adapté et, dans ce contexte de Médecine Intégrative, profondément juste et exact.

Les 2 démarches sont terriblement efficaces lorsqu’elles sont combinées : on fait disparaître le symptôme, on répare le corps physique (Médecine Occidentale, allopathie) et on soulage l’émotionnel, en même temps qu’on cherche l’origine du mal (Approche Complémentaire). Je dirais même qu’elles sont indispensables l’une à l’autre :

  • Il m’arrive souvent d’envoyer une personne chez son médecin pour vérifier que la thyroïde fonctionne bien, ou pour une prise de tension, ou un bilan sanguin
  • De même que je vois souvent arriver des personnes qui ont magnifiquement été prises en main au niveau médical mais qui sont dans un état de stress important, qui ont besoin qu’on les écoute, ou qu’on cherche avec elles ce qui les rend tellement malades

 

Quand on néglige l’une ou l’autre des 2 approches, on néglige le malade. Ainsi que le disait Thierry Janssen à propos de son expérience de Chirurgien Urologue, lorsqu’on retire la prostate à un homme atteint d’un cancer, on a guéri le cancer mais pas le malade, il reste toute l’approche émotionnelle, énergétique, psychologique à traiter. Et l’inverse est vrai, les praticiens de « pseudo-médecine alternative » qui prétendent soigner les pathologies sans soulager d’abord le corps physique, sont dangereux.

Lire au sujet de la Médecine Intégrative l’article du Dr RUEFF : ici ou son livre préfacé par le Pr MONTAGNIER :Commander

Quelle magnifique opportunité que cette Médecine Intégrative. Mon professeur de Réflexologie disait : « D’abord on soulage le corps (le symptôme physique, ndlr), cela laisse le champ libre à l’émotionnel, celui qui souffre physiquement ne peut pas réfléchir posément » mais elle ajoutait aussitôt « La guérison du corps ne peut pas intervenir si l’émotionnel ne donne pas son feu vert ». D’où l’intérêt de travailler conjointement.

Evidemment, dans ce schéma la Réflexologie a toute sa place parce qu’elle est déjà « intégrative » en elle-même. On emploie le terme de « holistique », elle considère l’être humain dans sa globalité : corps + esprit. Si vous allez voir votre Réflexologue pour une crise de sciatique, il va travailler sur les zones réflexes concernées : sciatique, sacrum-coccyx-lombaires, surrénales etc. mais il va aussi vous demander dans quelles circonstances émotionnelles cette crise est apparue et chercher avec vous ce qui, dans votre vie, favorise la survenue de cette pathologie : sommeil, alimentation, activité physique, stress etc. La Réflexologie est donc toute indiquée pour être intégrée à un protocole de soin complet.

Et partant du postulat que «qui peut le plus, peut le moins », le Réflexologue est aussi capable de travailler en silence et de se cantonner à de la relaxation profonde. Quelle polyvalence et quelle richesse pour les jours où le corps est trop douloureux, où il faut faire taire la tête, où la fatigue prend toute la place.

En 2012, mon article (cité plus haut) prenait l’apparence d’un coup de gueule tant j’avais l’impression que les 2 approches n’allaient jamais se retrouver, aujourd’hui c’est un cri du cœur quand j’entends que la Médecine Intégrative s’installe partout, exemple ces séances de Réflexologie au Centre d’Accompagnement Anti-Cancer de Moulins : voir

Et dire que Platon le disait déjà 350 ans avant notre ère : « Que les thérapeutes séparent l’esprit du corps est une grande erreur de notre époque lors du traitement des êtres humains « 

Patience et longueur de temps…

 

 

 

Comme toujours, j’attends vos commentaires ci-dessous. Il y aura forcément à dire sur ce vaste thème…

 

 

 

BROMELAINE : UNE ENZYME A TOUT FAIRE

Si vous consultez un temps soit peu les sites de médecine naturelle, si vous feuilletez les journaux spécialisés, si vous êtes abonnés à une newsletter sur le thème de la santé par les plantes, vous n’avez pas pu passer à côté de la Bromélaïne. Cette panacée issue de la tige d’ananas. Le temps est venu de faire une synthèse de toutes les informations disponibles sur le sujet…

La Bromélaïne est l'enzyme contenue dans la tige d'ananas

Ananas

Définition

La Bromélaïne est une enzyme (c’est-à-dire un composé facilitant une réaction chimique) protéolytique (c’est-à-dire qui découpe les protéines en molécules plus petites) issue de l’ananas et particulièrement de sa tige dans laquelle elle est très concentrée.

L’ananas, en botanique, fait partie de la famille des Broméliacées, d’où le nom de la principale enzyme qu’il contient : Bromélaïne.

Quels sont ses bienfaits ?

Ils sont nombreux

–          Protéolytique : nous l’avons vu ci-dessus, vertu particulièrement intéressante pour « ronger » toutes les formations surnuméraires dans l’organisme : polypes, kystes, tumeurs, verrues, fibromes

C’est si vrai que dans les plantations d’ananas, le contact répété avec la sève riche en Bromélaïne efface  les empreintes digitales des ouvriers

–          Anti-inflammatoire : en agissant sur la production de prostaglandines pro-inflammatoires

–          Antalgique : en agissant sur la bradykinine, impliquée dans le mécanisme de la douleur, et de manière dose-dépendante (plus on en consomme, plus ses effets sont importants)

–          Anti-œdémateuse : particulièrement indiquée en cas de cellulite associée ou non à une obésité et une rétention d’eau

–          Immunostimulante

–          Cicatrisante

–          Anti tumorale

–          Anticoagulant

–          Etc

Au vu de ces vertus, on l’utilisera donc :

–          En post-opératoire : elle permettra de résorber les œdèmes, réduire les hématomes, soulager la douleur, diminuer l’inflammation, accélérer la cicatrisation (de nombreuses études quant à la supplémentation en Bromélaïne existent en chirurgie dentaire, ophtalmique, esthétique… )

–          En cas de brûlure, plaie, traumatismes ostéo-articulaires (foulures, entorses…)

–          En rhumatologie, la Bromélaïne a démontré son efficacité sur les tendinites, arthroses, poussées d’arthrite (lire à ce sujet les résultats de l’étude randomisée en double aveugle sur l’efficacité de la Bromélaine face au Diclofénac (http://www.systemicenzymesupport.org/references/akhtar2004.pdf )

–          Dans tous les cas d’inflammation ou de maladie inflammatoire

–          En cas de phlébite, athérosclérose, hypertension

–          En cas de régime amaigrissant

–          Enfin, elle devrait toujours être associée à la prise d’antibiotiques dont elle améliore l’absorption et dont elle potentialise l’efficacité

Cas particulier de la Bromélaine en supplémentation des traitements cancéreux

De très nombreuses recherches ont lieu actuellement dans ce domaine. On sait aujourd’hui que la Bromélaïne est efficiente :

–          Sur l’état général du malade

–          Sur les effets secondaires des traitements conventionnels

–          En postopératoire

–          Sur la destruction des cellules cancéreuses et leur prolifération

–          Sur la convalescence

Il n’est évidemment pas question de la proposer actuellement comme traitement alternatif mais comme adjuvant à coup sûr. Des études depuis le début des années 70 montrent que les patients supplémentés en Bromélaïne voient la disparition de certaines tumeurs et une diminution des métastases.

On lira avec beaucoup d’intérêt sur ce sujet l’article de Principes de Santé : http://www.principes-de-sante.com/article/therapies-bromelaine-et-cancer-livre-dr-bodin.html ainsi que le livre du Dr Bodin ici qui cite très précisément toutes les études.

Les effets secondaires

Ils sont quasiment inexistants. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans s’abstiendront cependant d’en consommer. De même que les personnes suivant un traitement fluidifiant.

Enfin, certaines personnes peuvent être allergiques à l’ananas.

Comment la consommer ?

Après l’inventaire de tous ces bienfaits, vous n’avez qu’une seule envie : manger des ananas en quantité et à tous les repas. Malheureusement, la Bromélaïne n’étant présente qu’en faible quantité dans la pulpe de l’ananas, il faudrait ingérer une quantité astronomique de fruits ou boire des litres de jus frais pour espérer déclencher un début d’action thérapeutique pour l’organisme. De plus, ce régime quotidien serait délétère pour le système digestif.

Par ailleurs, la tige est très concentrée en Bromélaïne mais on ne peut la consommer telle quelle, d’autant plus que les producteurs piquent régulièrement dans la tige pour y injecter engrais, pesticides et autres agents chimiques.

Enfin, la Bromélaïne est détruite par la cuisson et s’oxyde au contact des métaux.

La meilleure solution est donc, et de loin, de la consommer pure, en gélules.

 

Quelle Bromélaïne choisir ?

Choisissez absolument une Bromélaïne pure et concentrée, extraite par Chromatographie (un procédé qui permet d’isoler la Bromélaïne des autres composants, même polluants nocifs), et Bio de préférence.

Certaines publications indiquent qu’il faut choisir une présentation en gélules gastro-résistantes mais on sait maintenant que ce n’est pas nécessaire puisque la Bromélaïne résiste à l’acidité stomacale.

Enfin, vous vous assurerez de sélectionner une formule suffisamment concentrée, supérieure à 1500 GDU/gramme.

Pourquoi pas l’Extranase commercialisé en pharmacie depuis 1969 ? Parce qu’il est faiblement dosé en Bromélaïne (200 GDU pour 9 comprimés journaliers) et surtout parce qu’il contient entre autres excipients du dioxyde de titane.

Mode d’administration

La demie-vie (temps mis par une substance pour perdre la moitié de son activité pharmacologique) de la Bromélaïne dans l’organisme est de 6 à 9 heures, il faut donc fractionner les prises dans la journée, de manière à ce qu’il y en ait en permanence un taux suffisant circulant dans le sang.

On prendra ainsi la Bromélaïne en 3 fois, et de préférence à distance des repas, afin qu’elle ne soit pas mélangée au bol alimentaire.

Pour toutes les pathologies lourdes ou chroniques, la cure durera plusieurs mois et sera assortie d’une supplémentation en Vit C et Vit D.

On prendra 1 gramme par jour, pouvant aller jusqu’à 2 grammes (notamment en analgésie) sans craindre la dose toxique qui semble être bien supérieure à 5 grammes journaliers.

En prévention, on fera une ou deux cures annuelles, d’un mois chacune à raison de 750 mg/jour.

La Bromélaine est l'enzyme contenue dans la tige d'ananas

Ananas Victoria

Voilà, j’espère avoir éclairé votre lanterne sur cette fameuse Bromélaïne dont tout le monde parle et dont l’impressionnante liste de vertus en fait la 13ème plante la plus vendue en Allemagne. Elle fait actuellement l’objet de recherches concernant son efficacité sur les maladies auto-immunes : SEP, diabète de type 1, Maladie de Crohn, PCR. Nul doute que l’on n’a pas fini d’en parler. Au moins après la lecture de cet article serez-vous également convaincu.

Si vous cherchez une bonne Bromélaïne, j’ai évidemment une chouchoute à vous conseiller, n’hésitez pas à me demander ses coordonnées, et à me laisser tout commentaire à votre convenance ci-dessous.

J’ajoute un lien vers cet article de Medisite très complet également sur la Bromélaine : Clic

Infographie : Ma Réflexologie

Chers lecteurs et lectrices, ce mois-ci et voulant céder à la mode des Infographies, je vous ai conçu un « modèle » du genre… Laissez-moi vous dire que je suis plus efficace de mes 10 doigts sur vos pieds que sur un clavier !

Le joli dessin que voilà m’a demandé des heures de réalisation pour un résultat qui ne me satisfait guère… Mais qui a le mérite d’exister. Alors cliquez sur le schéma pour le lire plus à l’aise, et à vous pour les commentaires ci-dessous.

Capture Infographie

LA REFLEXOLOGIE, UN ADJUVANT NATUREL DANS LE TRAITEMENT DU CANCER

La Réflexologie comme adjuvant du traitement du cancer

La Réflexologie comme adjuvant du traitement du cancer

Mon blog aura 2 ans le mois prochain et je m’autorise seulement à écrire un article sur le cancer. Il faut dire que la littérature est riche sur ce sujet et que les approches sont multiples. On lit tout et n’importe quoi, on écrit tout et n’importe quoi. Par respect pour les personnes atteintes par la maladie et par honnêteté, je veux préciser avant tout que cet article ne fournira évidemment pas de solution miracle mais indiquera pourquoi la Réflexologie devrait être inscrite dans le parcours de soin de toute personne atteinte du cancer.

Le Dr Luc BODIN écrit que « le cancer est une  maladie qui atteint l’individu à tous les niveaux de son être » : le physique, bien entendu, mais aussi le psychique, l’énergétique et même le spirituel très souvent. C’est la raison pour laquelle il convient de l’attaquer sur tous les fronts.

Sur le plan physique, heureusement, dans notre pays, les traitements conventionnels sont mis en place rapidement : chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie etc. et sur le plan psychique, les services d’Oncologie proposent tous une prise en charge psychothérapique (on parle maintenant de psycho-oncologie), composée de consultations individuelles, en couple ou même familiales, de groupes de paroles pour le malade ou son entourage, de soins de support divers et variés tels que kinésithérapie, diététique, esthétique etc.

Pourtant, je reçois régulièrement des personnes atteintes du cancer qui sont démunies sur le plan moral, qui sont fatiguées, qui subissent les effets secondaires des traitements conventionnels comme une fatalité, qui ne supportent plus leur corps, qui se sentent (à tort ou à raison) incomprises par leur entourage. Ces personnes cherchent aussi parfois un sens à leur maladie et ne trouvent personne qui puisse les y aider. Non pas que le soutien psychologique proposé par les unités de soin ne soit pas efficace, loin de là, c’est juste que certaines personnes n’ont pas envie « d’aller parler » comme on dit, d’autres ne supportent plus le décor clinique, d’autres encore n’osent pas se plaindre à l’équipe médicale.

La Réflexologie est d’une efficacité rare dans l’accompagnement de toutes ces personnes.

1 – Sur le plan Physique, la Réflexologie remonte la vitalité et augmente l’élimination et la détoxification

Les études sur les effets bénéfiques de la Réflexologie sur la qualité de vie des patients atteints de cancer sont nombreuses, dont certaines consultables ici.

Ces études, comme le rapporte site passeportsante.net (voir ici) révèlent que beaucoup de patients perçoivent une amélioration de leur qualité de vie, une diminution de leurs symptômes émotionnels et physiques, une diminution de leur état d’anxiété, un sentiment de relaxation et une amélioration de leur état de santé général et de leur bien-être.

Cancer 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Quotidien du Médecin rapporte même une étude clinique donnant  certains résultats prometteurs chez des femmes atteintes d’un cancer du sein. Les chercheurs ont évalué l’effet de la réflexologie sur les effets indésirables de la chimiothérapie. Ils ont constaté une baisse statistiquement significative des nausées, des vomissements et de la fatigue chez les patientes ayant reçu des séances de réflexologie, comparativement à celles du groupe témoin. D’autre part, les résultats suggèrent que, comparativement au traitement usuel, la réflexologie et le massage apportent des améliorations significatives sur la qualité de vie après l’opération.

En bref, cela n’est plus à démontrer, et les personnes que je reçois régulièrement me le confirment, la Réflexologie améliore très significativement le quotidien des malades. Ils supportent mieux les traitements, dorment mieux, sont plus optimistes et positifs. Les traitements mieux supportés sont souvent plus efficaces, ils prennent moins d’antalgiques, en cas de chirurgie ils cicatrisent mieux. La communication avec l’entourage est plus sereine, une activité physique douce peut parfois être reprise. (Lire ici)

Sur le site de l’Hôpital TENON à la page Oncologie Médicale, en partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie, on trouve même une longue information sur la Réflexologie et ses effets bénéfiques en accompagnement de traitements du Cancer.

Il ne faut donc pas sous-estimer l’action de la Réflexologie, reconnue maintenant par le monde médical.

2 – Sur le plan moral, une écoute bienveillante, une parole libérée

Pendant la séance de Réflexologie, je le dis souvent, on verbalise beaucoup. Je me trouve régulièrement  en face de personnes qui parlent énormément  avant de confesser : « Je n’ai jamais dit çà à personne » ou « Je garde tout pour moi depuis toujours » ou encore, entendu récemment : « Mon entourage dit que je suis une tombe » (on devrait réfléchir aux mots qu’on emploie parfois).

Et cette verbalisation, mes amis psy (psychiatres, psychologues, psychothérapeute, psychanalystes) le savent bien, fait un bien fou. Les Réflexologues ne sont pas titulaires d’un DESS en Sciences Humaines et Psychologie, et encore moins Docteurs en Médecine, donc lorsque les confidences ou les attentes des personnes dépassent nos compétences, nous les orientons vers des professionnels, la pompe est amorcée. Et puis, dans un certain nombre de cas, le simple fait de parler suffit à rétablir l’équilibre émotionnel.

Parfois même, la séance de Réflexologie devient l’occasion avouée de se confier, pour des personnes qui étaient absolument réfractaires à toute démarche de cure par la parole.

3 – Décodage Biologique

Il faut être prudent avec cette notion pourtant très intéressante du décodage biologique tant elle a été employée de manière excessive et abusive par de nombreux thérapeutes peu scrupuleux. C’est parfois salvateur de comprendre ce qui a pu, dans notre vie passée, faire que l’on fragilise tel ou tel organe, que l’on entame son immunité de manière si importante, que l’on somatise à tel ou tel endroit.

Certaines personnes me disent que ça les rassure de comprendre que la maladie « ne leur est pas tombée dessus par hasard », que cela donne un sens à ce qui leur arrive. En revanche, cela ne dispense JAMAIS, au grand JAMAIS, de suivre ses traitements médicaux. Parce que même si l’on comprend comment le psychique a pu parfois abîmer le corps, dans tous les cas, le corps a besoin d’être réparé.

Et puis, pour certaines personnes, c’est le contraire. Elles ne sont pas prêtes à entendre que peut être la maladie a t’elle un sens, que peut être ont-elles fait le lit de cette maladie en vivant douloureusement un traumatisme passé. Elles vivraient cela comme une culpabilité : « c’est ma faute, je me suis rendue malade » et cette attitude leur serait délétère. Et dans ce cas, l’approche réflexologique reste basiquement organique. Et c’est très bien aussi. J’ai coutume de dire que l’important est d’arriver à la destination que l’on s’est fixée, peut importe que ce soit par l’autoroute en recherchant la vitesse ou par la route nationale en privilégiant le paysage.

C’est toute la compétence du(de la) Réflexologue de sentir, de déceler ce qui sera bénéfique pour la personne en répondant à ses attentes, et non en imposant un mode de fonctionnement.

4 – Un Cabinet « hors les murs »

Je le disais plus haut, certains patients n’en peuvent plus du cadre hospitalier. Ils le fréquentent pour leurs séances de chimio, puis pour la radiothérapie, puis pour rencontrer leur oncologue, puis encore pour des examens de contrôle, puis pour… L’overdose les guette. Et même s’ils sont reconnaissants aux équipes médicales de la prise en charge et des résultats atteints, ils apprécient de venir dans un cadre différent, non médicalisé, pour une heure de lâcher-prise.

Cancer 3

Nombreux sont les malades qui me disent en arrivant qu’ils aiment les odeurs d’huiles essentielles, la musique douce, le soleil qui filtre par la fenêtre, l’absence de blouse blanche. Ils peuvent pour un moment oublier la maladie s’ils le souhaitent mais ils savent aussi qu’ils peuvent en parler s’ils en ont envie. Un (une) Réflexologue sérieux sait ce qu’est une « chambre implantable », ce que veut dire « ambulatoire », « biopsie » ou « mastectomie ».

Dans le calme du Cabinet, on peut même terminer la séance par quelques minutes de relaxation ou de méditation guidée.

Evidemment, pour les personnes qui ne sont pas mobiles, la Réflexologie vient à elles…

5 – Conseils en Hygiène de Vie et Compléments Alimentaires

Comme l’organisme a fort à faire dans son combat contre la tumeur, il faut le soulager de tout travail de détoxication en évitant autant que faire se peut tous les polluants, le tabac, l’alcool, les drogues, l’alimentation toxique.

Il faut aussi lutter contre les émotions négatives, le manque de sommeil, la sédentarité.

Au cours d’une séance de Réflexologie, tout cela est abordé. On envisage des manières de se mettre dans les meilleures conditions pour  combattre la maladie. On peut avoir recours à des compléments alimentaires pour prolonger les effets bénéfiques de la Réflexologie entre 2 séances. Ainsi, on sait maintenant que la propolis renforce l’effet de la chimiothérapie, que les acides gras omégas 3 améliorent les effets de la radiothérapie mais aussi que la phytothérapie propose des remèdes naturels pour lutter contre les addictions, les insomnies, ou encore que les Fleurs de Bach sont très utiles pour résister à la peur. Evidemment, on conseillera toujours à la personne d’être en totale transparence avec son médecin afin que celui-ci confirme qu’il n’y a pas d’interaction avec les traitements conventionnels en cours.

Puis, on pourra conseiller des lectures, la pratique d’activités physiques douces, des musiques etc afin que le malade soit actif dans sa guérison. J’entends régulièrement des personnes me dire que depuis l’annonce de la maladie, elles ont énormément changé leur façon de voir les choses. Une dame me disait encore tout récemment : « je profite doublement de chaque moment, je m’émerveille pour tout, je m’aperçois qu’avant (le cancer, ndlr) j’avais oublié de vivre ».

Parce qu’elle est efficiente sur tous les plans de l’être, la Réflexologie a une place pleine et entière dans le traitement du Cancer. Pensez-y et faite-le savoir. Les annuaires de la Fédération Française de Réflexologie et de la Fédération Française des Praticiens en Réflexologie vous indiqueront des praticiens de confiance qui ont suivi la formation d’une école agréée, réussi un examen sanctionnant l’acquisition de leurs connaissances théoriques et pratiques, qui ont tous signé une Convention de Déontologie gage de leur sérieux. Vous pouvez également faire confiance à un(e) Réflexologue certifié(e) par l’Ecole d’Elisabeth BRETON récemment reconnue par l’Etat. Ne confiez jamais votre santé à un interlocuteur qui ne soit pas agréé par une de ces Fédérations ou par cette Ecole.

 

Vous avez trouvé cet article

View Results

Loading ... Loading ...

(Comme pour chaque article, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques ci-dessous et à jeter un oeil dans ma boutique où vous trouverez des idées de lectures et même un film cette fois-ci)

 

Boosté par WP-Avalanche