Comment Faire Fi du Rhume des Foins…

Et revoila la saison des allergies… Si un grand nombre d’entre vous se rejouit du retour de la belle saison, pour d’autres printemps rime avec démangeaisons, migraines, larmoiements et éternuements. Pour certains, cette saison pourrait se résumer à : « jamais sans mes antihistaminiques ».

Il y a pourtant des pistes a explorer pour vivre mieux cette jolie periode de l’année.

 

À commencer par…

La Réflexologie :

Parce que, en premier lieu, la Réflexologie détend et augmente la vitalité, elle permet d’aborder plus sereinement les choses, et c’est déjà beaucoup. En effet, plus nous sommes tendus et anxieux, moins notre organisme affronte efficacement les substances potentiellement irritantes. Et puis la réflexologie va aussi s’attacher à stimuler les organes d’élimination afin de détoxiquer au maximum l’organisme, le système lymphatique pour favoriser les défenses immunitaires (avec discernement, la réponse allergique correspondant à une réaction exagérée et inappropriée des défenses) et enfin, renforcer le système respiratoire et le système digestif.

On fera appel à la Réflexologie en prévention ou au moment des troubles. Bien entendu, le(la) Réflexologue prendra le temps de connaître  les agents qui provoquent les allergies  et recherchera avec vous si un choc psychologique a précédé l’apparition de l’allergie.

La Phytothérapie :

Mis à l’étude en 1977, le Perilla Frutescens a révélé un ensemble de propriétés étonnantes qui en font sans conteste le produit naturel le plus performant pour couvrir toutes les manifestations allergiques.

On constate en particulier :

* une inhibition de la libération d’histamine,

* une normalisation de la production d’IgE responsable des états inflammatoires (diminution moyenne de 75 % en 3 semaines de traitement),

* une inhibition de la lypoxygénase (5Lo), enzyme libérant des substances hautement inflammatoires dans les réactions allergiques.

Dans les principes actifs, on distingue : la lutéoline, l’acide rosmarinique, le chrysoériol, l’apigénine, qui œuvrent en synergie avec les bioflavonoïdes de la plante.

Il est à remarquer que l’on assiste ici à une inversion du terrain pathologique, que son action s’exerce aussi bien en prévention qu’en cas de crise sans avoir à augmenter les doses quotidiennes, ce qui n’est le cas d’aucun autre produit.

À savoir enfin que cet extrait de plante ne présente aucune toxicité et aucun effet indésirable.

Contrairement à tous les autres anti-allergiques naturels ou non, le Périlla n’est pas en soi une monothérapie (anti-histaminique) mais un produit prenant en compte tous les paramètres métaboliques, y compris en amont du phénomène inflammatoire et du syndrome allergique. Il est donc en mesure de faire basculer un terrain allergique en terrain normal – et ça, c’est une découverte d’envergure.  (Pratique de Santé Février 2010)

Vous trouverez la Perilla en capsules huileuses ou en gélules de poudre micronisée.

La Gemmotherapie :

La Gemmotherapie est une branche de la phytothérapie qui consiste à utiliser uniquement des bourgeons, jeunes pousses ou radicelles. En « Gemmo », comme on a coutume de dire, le bourgeon de cassis est particulièrement recommandé pour son action « cortison-like ». C’est à dire qu’il se comporte comme la cortisone dans son rôle anti-inflammatoire en soulageant les nez bouchés, les conjonctivites allergiques, les démangeaisons etc. Si vous n’avez qu’un produit à avoir à la maison en Gemmotherapie, c’est d’ailleurs le cassis (ribes nigrum en latin), que vous pourrez utiliser comme anti-inflammatoire en 1ère intention dans de nombreux cas. En pharmacie ou magasins bio, 5 à 15 gouttes par jour en macérât mère, 50 gouttes 2 à 3 par jour en macérât glycériné D1. Demandez conseil à votre pharmacien.

 

L’Aromatherapie :

Il paraît que l’huile essentielle d’estragon à raison de 2 gouttes sur un comprimé neutre 2 fois par jour est terriblement efficace mais je n’ai pas de recul sur ce remède, je ne vous en parlerai donc pas (si vous avez expérimenté vous-même ou quelqu’un de votre entourage, commentez ci-dessous, ça m’intéresse). Je ne l’ai pas testé moi même et je n’ai pas de retour dans mon entourage ou ma clientèle. Et il va sans dire que je ne parle que de ce que je connais… Par contre, j’aime beaucoup les gouttes nasales suivantes, à faire préparer par votre pharmacien :

– HE d’eucalyptus radié 1 ml

– HE d’estragon 0,5 ml

– HE de camomille 1 ml

– HE de géranium 1 ml

– HV de calendula qsp 30 ml

1 goutte dans chaque narine plusieurs fois par jour (Recommandé par Daniele Festy dans sa Bible des Huiles Essentielles chez Leducs Éditions)

Les Poconéols :

Préparations à base de plantes amazoniennes judicieusement choisies pour leurs propriétés médicinales, les Poconéols font leurs preuves depuis presque 1 siècle, rapportées du village de Poconé au Brésil par un père franciscain. Vous les trouverez en pharmacie, et les utiliserez à distance des repas (1/4 d’heure avant ou 1/2 heure après) comme toujours en homéopathie. Vous pourrez choisir les complexes suivants, ensemble ou séparément, 5 gouttes par prise, 3 fois par jour dans un peu d’eau :

– n° 9 ( inflammations des voies respiratoires)

– n° 53 (anti-inflammatoire pulmonaire, sédatif, antiasthmatique)

– n° 48 (anti-inflammatoire des voies respiratoires).

 

Bien entendu, et comme toujours : « si les symptômes persistent, consultez votre médecin ». L’automédication a ses limites que la raison n’ignore pas…

Et merci de commenter ci-dessous…

 

 

 

 

 

Facebook Comments

4 comments on “Comment Faire Fi du Rhume des Foins…

  1. Je suis très contente de voir qu’il existe des solutions naturelles autres que les cachets d’apsirine 🙂

    • En effet, il en existe beaucoup d’autres très efficaces. Bientôt un autre article sur les allergies, saison oblige…

  2. N’avez-vous jamais pensé à l’hydrothérapie du colon ?
    C’est un moyen efficace pour aider à détoxiner l’organisme.
    Par expérience, les personnes souffrant d’allergie (quelles qu’elles soient), ont un colon excessivement encombré (bactéries pathogènes, toxine etc.).
    Quand on sait que 80% du système immunitaire se trouve dans le ventre, il est important de ne pas l’oublier …

    • Bonjour Mary et merci pour votre commentaire. Vous avez tout à fait raison quant à la nécessaire détoxination. C’est une chose que je recommande maintenant systématiquement : drainage du tube digestif et des 5 émonctoires d’ailleurs puis réensemencement de la flore intestinale. Mais pour être tout à fait honnête avec vous (comme avec tout le monde d’ailleurs), je n’aborde pas l’hydrothérapie du côlon… Libre à chacun de faire comme il le souhaite mais je ne suis pas très a l’aise avec l’idée d’injecter de l’eau dans le côlon, dans des conditions d’hygiène qui ne sont pas forcément controlees et sans exploration préalable (polypes, diverticules etc). Je sais qu’on dit le plus grand bien de cette pratique mais je ne me prononce pas sur ce point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Boosté par WP-Avalanche