Gluten or not Gluten, that is the question

Ähren

J’entends parfois dire que c’est une histoire « de mode » de bannir le gluten de son alimentation, qu’avant on n’en parlait pas, que c’est « marketing » et puis « de toutes façons, j’aime trop le pain »… Depuis quelques temps, on voit même fleurir sur Internet des articles affirmant que ce serait mauvais pour la santé de manger sans gluten, on croit rêver…

En tous cas, une chose est certaine, c’est une vraie question, alors faisons le point ensemble.

Le gluten est une protéine présente dans la farine et qui la rend panifiable. Elle confère à la pâte son élasticité, et sa bonne tenue, et lui permet de lever. Dans 5 céréales principalement, le gluten est particulièrement toxique, ce sont les fameuses SABOT : Seigle, Avoine, Blé (Epeautre et Kamut sont des Blés), Orge et Triticale (plante herbacée hybride entre le Blé et le Seigle), qui sont responsables de la maladie coeliaque. Mais on trouve aussi du gluten (ou plus exactement des prolamines) dans le riz, le millet, le sorgho, la châtaigne etc

Je vous propose d’explorer le problème sous 2 angles :

1 – En quoi le gluten est-il nocif pour la santé ?

2 – En quoi l’absence de gluten est-elle nocive pour la santé ?

 

Pourquoi le gluten est-il problématique ?

Sur le dessin ci-dessous j’ai représenté l’apparition du blé en regard de l’apparition de l’homme, vous constatez que cette céréale dite « mutante » (puisque inventée par l’homme lui-même) est très récente. C’est Thierry Souccar, journaliste scientifique français auteur de nombreux ouvrages parfois polémiques sur la naturopathie et l’alimentation saine, qui dit que si l’on rapporte la présence de l’homme sur la planète à une année civile et que l’on estime qu’il est apparu sur terre le 1 janvier alors le gluten est apparu dans son alimentation à la mi-décembre…

Apparition du blé

Ainsi que le dit Hélène Poux-Aubouin, Nutritionniste, «Tout le monde n’est pas équipé pour digérer ces blés modernes, ces farines de plus en plus raffinées et modifiées, présentes dans le pain blanc industriel, dans les pâtes ». En effet, le système digestif et immunitaire de l’être humain n’évolue pas aussi vite que son alimentation.

Il en résulte une mauvaise assimilation de cette protéine contenue dans les céréales concernées, que le système immunitaire de certaines personnes identifie comme étrangère et potentiellement dangereuse. Cela agresse la paroi de l’intestin grêle et provoque des ballonnements, des diarrhées, une inflammation de tout le tube digestif parfois, et par voie de conséquence de la fatigue, un déséquilibre nerveux, une perte de poids, une ostéoporose etc. puisque les nutriments ne peuvent plus passer la barrière intestinale endommagée. L’infographie ci-dessous illustre bien le phénomène :

Gluten

On pense que ce dérèglement va parfois jusqu’à la déprogrammation complète de la réponse immunitaire avec l’apparition de ce que l’on appelle « les Maladies Auto-immunes » quand lesquelles le mécanisme de défense s’attaque lui-même (SEP, Polyartrite Rhumatoïde, Lupus etc).

D’un côté, il y a les patients atteints de maladie coeliaque qui n’ont pas d’autres choix que d’évincer purement et simplement, à vie, le gluten de leur alimentation. Mais les gastro-entérologues estiment qu’il y aurait quelques 400 000 malades qui s’ignorent comme le déclare le Pr Christophe Cellier qui remarque que : «20 % des diagnostics sont posés après 60 ans, ce qui signifie bien que ces personnes sont passées toute leur vie à côté du diagnostic». Et puis, il y a les « simples intolérants », ceux qui peuvent consommer du gluten mais connaîtront un certain nombre des désagréments énoncés plus haut. Pour ceux-là, le régime sans gluten est simplement du confort certes, mais quel confort. J’ai dans mon entourage et dans ma clientèle un certain nombre de personnes qui ont adopté cette alimentation restrictive et contraignante mais qui pour rien au monde ne voudraient revenir en arrière tant elles en conçoivent un mieux-être.

Il y a aussi une 3ème catégorie de personnes qui choisissent de réduire de manière importante le gluten dans leur alimentation sans pour autant le supprimer totalement, ce qui leur permet d’alléger les sollicitations inflammatoires de leur intestin au quotidien tout en dégustant ponctuellement une bonne pizza ou une tartine de pain maison.

En quoi le régime sans gluten est-il problématique ?

On est en droit de se poser la question au vu de la campagne « anti gluten free » qui émerge actuellement. On voit fleurir :

  • des émissions de télévision portant un titre tel que «Sans gluten : faut-il tomber dans le panneau ? », autant vous dire qu’avant même de regarder le programme, je connaissais la réponse ;
  • des articles titrant « Le régime sans gluten n’est pas sans danger » dans lequel il est indiqué qu’il est très ennuyeux de faire disparaitre les symptômes d’une intolérance au gluten sous peine de ne plus être en mesure de la détecter (en clair, si vous êtes allergique aux piqures de guêpes continuez à vous faire piquer jusqu’à l’œdème de Quincke, sans quoi on ne pourra pas conclure avec certitude que vous êtes allergique)
  • des sites qui vous expliquent très sérieusement que le régime sans gluten a « plus d’effets délétères que de bienfaits » parce que «  les aliments qui contiennent du gluten sont aussi riches en vitamines et minéraux essentiels » (magnifique, quel argument, comme si vous disiez à une personne allergique aux produits de la mer : continue à manger des crevettes, c’est plein d’oligo-éléments, sinon tu seras carencée)
  • etc

Il est tout de même un argument qui tient la route et auquel il convient de porter attention : un grand nombre d’aliments sans gluten issus de l’industrie agroalimentaire sont réalisés avec des substituts comme le riz et le maïs, et «beaucoup d’additifs y sont également ajoutés, tels que des produits liants ou des gommes de guar ou de xanthane, afin de remplacer l’élasticité que confère le gluten à la texture d’un aliment», précise Nicoletta Bianchi, diététicienne à la consultation de nutrition clinique du CHUV, à Lausanne. Diverses études ont également montré qu’une alimentation sans gluten est souvent plus riche, notamment en raison de la haute teneur en calories des produits qui en sont exempts industriellement. Ainsi, l’index glycémique élevé de ces aliments peut conduire à une prise de poids, en bousculant les mécanismes de régulation du sucre sanguin. Ceci me parait être une remarque intéressante, qui indique qu’une fois encore il faut savoir lire les étiquettes, et faire beaucoup de recettes soi-même.

Sur le web français, si l’on tape les mots « régime sans gluten » dans la rubrique « actualités », on obtient 23700 réponses dont une grande majorité avec des titres aussi anxiogènes que «régime sans gluten, les médecins tirent la sonnette d’alarme » ou « le régime sans gluten n’aurait aucun intérêt pour la santé »… Laissons donc les personnes qui le souhaitent manger sans gluten et cessons d’émettre des jugements de toutes sortes. Nos voisins étrangers sont bien plus tolérants à ce sujet, je reviens d’Italie où un grand nombre de restaurants proposent à la carte des plats « senza glutine ». C’est aussi François Spertini, médecin-chef du service d’immunologie et allergie du CHU de Lausanne qui déclare : «je suis quand même frappé de l’aspect convaincant de la plainte. Je ne vois pas pourquoi je douterais de ce que me dit un patient quand il affirme se sentir mieux en ayant arrêté le gluten». Il n’y a que nous autres français pour s’arc-bouter sur nos convictions. A moins que… faut-il voir dans cette cabale un lien avec le lobby céréalier français ultra-puissant ? Je n’ose y croire mais je livre tout de même à votre sagacité la lecture de cet article qui donne à réfléchir : clic

Comme toujours, commentez ci-dessous, je suis toujours avide de vos remarques quant à la lecture de mes articles. Par contre, si vous m’indiquez des produits, des marques ou des sites publicitaires, sachez que j’en prendrai connaissance mais que je ne les publierai pas, ce blog se voulant libre de toute influence commerciale… Bel été à Tous, avec ou sans gluten 🙂

 

Facebook Comments

2 comments on “Gluten or not Gluten, that is the question

  1. Exaspérée par l’exagération des articles qui dénigrent une « mode du sans gluten » sans voir plus loin que le bout de leur nez, je dis bravo, en voilà un qui met enfin les points sur les i tout en respectant une bonne analyse de la question. Je confirme que sans être diagnostiquée maladie coeliaque, je suis ce régime depuis plus de 6 mois et j’y trouve non seulement un confort digestif évident mais aussi un meilleur état général de mes symptômes de fibromyalgie (douleurs, fatigue…) Il me semble même que quand je fais un écart mon corps et mes intestins me le rappellent rapidement… À vérifier avec le temps…
    Merci pour cet excellent article.

    • Merci Céline pour cet éclairage qui ne tardera pas à être rejoint par d’autres, j’en suis certaine. Tous mes vœux d’apaisement dans cette pathologie exigeante qu’est la Fibromyalgie. A bientôt sur le blog…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Boosté par WP-Avalanche