Tag Archives: Effet Placebo

LA RÉFLEXOLOGIE COMME PRÉALABLE A UNE CURE DE VITAMINES

L’été est à peine terminé et vous êtes déjà fatigué. Les prochaines vacances sont loin et de toutes façons elles ne seront pas reposantes (ndlr : les fêtes de fin d’année). Les jours raccourcissent et vous avez parfois un peu de vague à l’âme…

L’été à peine terminé et vous êtes déjà fatigué. Les prochaines vacances sont loin, les jours raccourcissent et vous avez parfois un peu de vague à l’âme…

 

Dans un grand nombre de cas, lorsque l’un ou l’autre de ces événements se produit, voire les 3 en même temps, on se rue à la pharmacie pour acheter un cocktail de vitamines.

La supplémentation aura au mieux un effet placebo : vous ne vous sentirez plus fatigué mais le serez toujours en réalité, voire plus, puisque vous ajouterez à votre métabolisme des substances extérieures à retraiter. Et vous ne ferez que repousser le problème. Au pire, aucun effet notable, et vous viendrez ajouter à votre frustration l’impression d’avoir dépensé de l’argent pour rien, ou créerez une inquiétude quant à votre état général.

Je vais vous expliquer ici pourquoi et comment la Réflexologie peut vous venir en aide à cette période de l’année :

  • Vous n’êtes peut-être pas carencé

Votre fatigue est due à un rythme effréné, à la baisse des températures qui demande à votre organisme des efforts d’adaptation, à la diminution de la luminosité (aller relire mon article sur la déprime saisonnière), au retour du stress professionnel etc.

  • Vous êtes bel et bien carencé

Comme près d’1 habitant sur 2 dans les pays industrialisés, vos apports vitaminiques sont en effet insuffisants (à cause des traitements chimiques, de l’agriculture intensive qui appauvrit les sols, de la pollution) alors que vos besoins sont accrus (stress, tabagisme, âge etc.). Mais votre organisme peine à assimiler cette supplémentation parce qu’il est épuisé et peut être encrassé.

  • Vos compléments alimentaires sont de mauvaise qualité

Vitamines de synthèse, nano particules et gélules composées d’un mélange de gélatine, contenant parfois des colorants, des lubrifiants et autres traitements antibactériens obligent votre tube digestif à un travail de titan pour tenter de tirer le meilleur parti de ces apports (s’il y arrive, au prix d’un effort supplémentaire dont il se serait bien passé).

Dans toutes ces hypothèses, la Réflexologie va vous être d’un grand secours. Reprenons les différents cas de figure évoqués plus haut :

1 – Vous avez un rythme trop élevé, trop de stress, vous êtes juste fatigué

La Réflexologie va vous permettre de faire descendre la pression, prendre du recul et avoir une meilleure récupération.

« Mais je rentre de vacances » allez-vous dire…

« Justement » vous répondrai-je…

Les sportifs le savent bien, rien n’est plus énergivore que le fractionné, ces changements de rythme brutaux qui mettent les muscles et le métabolisme à rude épreuve. C’est un peu ce qui se passe avec les vacances : vous avez été soumis à un rythme soutenu pendant des semaines, puis vous partez 15 jours en vacances durant lesquelles vous levez le pied, puis à nouveau vous redémarrez tambour battant à la rentrée. C’est ce qui explique les baisses de forme quelques temps après le retour de congés d’été.

Les séances de Réflexologie vous aideront à reprendre le rythme en prenant soin de votre organisme. Cela vous parait peut-être une perte de temps dans votre agenda déjà surchargé, mais « qui veut voyager loin, ménage sa monture » dit-on. Cette heure que vous consacrerez à votre santé, vous en fera gagner de précieuses par la suite. Tous les grands leaders vous diront que de prendre un rdv pour soi régulièrement est un facteur de réussite. Pourquoi croyez-vous qu’Oprah Winfrey collabore avec Deepak Chopra à l’enregistrement de programmes de méditation par exemple ?

2 – Il vous faut retrouver une bonne hygiène de vie et refaire le plein de vitamines et minéraux

La Réflexologie va vous aider à détoxiner et à stimuler les organes filtres (les fameux émonctoires : poumon, foie, colon, reins et peau).

En dormant mieux (c’est aussi un des effets des séances), votre métabolisme sera plus efficace et votre cure de « fortifiants » le sera aussi.

Votre système cardio-vasculaire sera également plus efficient, votre système nerveux équilibré, votre système hormonal régulé.

Grâce à la Réflexologie, vous saurez où doivent porter vois efforts

Enfin, la Réflexologie peut vous aider à choisir les compléments alimentaires adaptés à vos besoins (inutile de prendre de la vitamine A, B et E, du zinc pour vos cheveux, ongles et peau si votre système digestif est complètement épuisé et n’assimile plus rien, par exemple). Ou encore, vous voudriez vous supplémenter en Ginko Biloba pour booster votre mémoire que vous trouvez défaillante mais vous souffrez simplement d’un manque de sommeil (ce qui altère les facultés cognitives, on sait). Le(la) Réflexologue vous éclairera sur le besoin réel.

3 – Vous avez besoin de conseils quant à la qualité de compléments alimentaires à choisir

Chacun son métier dit-on, et vous n’êtes pas un(e) spécialiste dans ce domaine. Tout bon(ne) réflexologue se construit une expertise dans le domaine de la santé naturelle, il fait des formations en phytothérapie, lit la presse spécialisée, rencontre et visite les laboratoires, teste lui-même certains produits, écoute les retours des personnes qui viennent le(la) voir, décrypte les étiquettes.

C’est ainsi qu’il m’est arrivé de récupérer dans mon bureau le sachet d’une plante qu’une de mes clientes avait achetée, qui contenait… des métaux lourds ! (photo ci-dessous prise par mes soins)

Des métaux lourds dans des plantes sèches à consommer en tisane

 

Savez-vous également que des nanoparticules de dioxyde de titane (le fameux E171) sont présentes dans les compléments alimentaires de grandes marques au doux nom évocateur de meilleure santé ?

(Lire ici l’article de Que Choisir)

Produits naturels ou industriels ?

Certains laboratoires font subir à vos précieuses vitamines, minéraux et autres oligo-éléments, un traitement industriel que vous ne réserveriez pas à vos fruits et légumes (vive le flash-code, les envois en nombre par transporteurs et autres emballages à la chaîne)

Certaines huiles essentielles (certes vendues à prix défiant toute concurrence) sont coupées avec de l’alcool ou de l‘huile végétale. Lire ici un article édifiant à ce sujet.

Bref, tant qu’à se supplémenter, autant choisir le bon complément. Ainsi, il ne sera pas toujours nécessaire de dépenser beaucoup d’argent, ou de commander auprès d’un fournisseur en particulier mais au moins aurez-vous les « codes » en main.

En conclusion…

Et si vous m’avez bien lue : avant de vous lancer dans un traitement quelconque (de gelée royale ou du meilleur complexe multi-vitaminique du marché), allez voir votre réflexologue et faites une séance-bilan d’automne. C’est le pré-requis indispensable à un hiver réussi.

Et évidemment pour toute fatigue excessive, résistante et inexpliquée, vous irez voir votre médecin.

 

 

 

 

Comme toujours j’attends vos commentaires ci-dessous, vos retours d’expérience, vos questions…

 

 

Peut-on guérir par la pensée ? La preuve par 3 de l’intérêt des approches holistiques

C’est le thème du numéro 1153 de Sciences et Vie de ce mois-ci et c’est éminemment intéressant parce que cela fait longtemps que nous autres, patriciens des « professions de santé non conventionnelles », le disons. Le dossier de Science et Vie (15 pages, excusez du peu) commence par cette phrase : « Les neuroscientifiques en ont désormais la preuve : l’esprit possède le pouvoir de soigner le corps ! ». Ouf ! Si c’est Science et Vie qui le dit et si les neuroscientifiques en ont la preuve, tous les espoirs sont permis…

L’article de S&V s’appuie sur des études très sérieuses menées par des chercheurs dans 3 domaines : la Méditation de pleine conscience, le Neurofeedback et l’effet Placebo.

La Méditation

Cette pratique, qui est rentrée à l’Hôpital (Sainte Anne, NDLR) sous la houlette de Christophe ANDRE, et pour laquelle un DU vient d’être mis en place à Strasbourg, a largement fait ses preuves. On sait aujourd’hui que, à condition d’être pratiquée quotidiennement, elle reconfigure le cortex préfrontal en opérant des modifications morphologiques et fonctionnelles dans le cerveau. En l’occurrence les cortex frontaux, pariétaux et cingulaires sont épaissis chez les méditants, tandis que le rôle de l’amygdale est diminué. Enfin, les zones activées par le processus douloureux sont déconnectées.

Méditation

Tout ceci est clairement visible à l’IRM et se confirme dans différentes études menées à l’Université du Wisconsin en 2003, à l’Université de Montréal en 2009, au Centre de l’Addiction et de la Santé Mentale à Toronto en 2010, au Centre d’Imagerie Biomédicale du Massachussets en 2012, et dans lesquelles les méditants ont toujours eu de meilleurs résultats que le reste des participants. Ainsi, ils supportent mieux la douleur, ont une meilleure réponse immunitaire, une meilleure gestion du stress, moins de rechutes en cas d’épisodes dépressifs.

L’effet Placebo

Ce processus qui consiste en un mieux-être, voire des bénéfices thérapeutiques réels chez un patient pourtant soumis à un composé inerte en lieu et place d’une substance active, est le moins facile à prévoir tant il dépend de la perception et du ressenti du patient. Cependant, quand il se produit, le cerveau fabrique des molécules concrètes semblables à celles qu’aurait provoquées le médicament.

Placebo

Ainsi, on peut voir le cerveau d’une personne sous analgésique placebo, fabriquer des opioïdes dont l’action est similaire à la morphine (étude conduite en 2002 au Karonlinka Institute de Stockolm). De même, sous IRM et après 6 semaines sous placebo, des patients dépressifs avaient activé les mêmes aires cérébrales que les patients sous Fluoxetine, (médicament antidépresseur de la classe des AINS, type Prozac). On peut encore citer cette étude réalisée en 2009 à l’Université de Duisburg en Allemagne qui avait montré que le placebo réduisait la réaction allergique.

 

Le Neurofeedback

Le Neurofeedback consiste à visualiser l’activité de son propre cerveau sous électroencéphalogramme ou sous IRM de manière à constater les effets, bénéfiques ou non, de certaines pensées, souvenirs, émotions, mouvements ou autres états mentaux. On peut ainsi déterminer et cibler, ce qui est bon pour une région déterminée de notre cerveau.

Biofeedback

Dans ce domaine également les recherches se multiplient, ainsi une étude de 2005 à l’Université de Stanford a montré que le Neurofeedback permettait de contrôler l’aire cérébrale de perception de la douleur, depuis 1999 on sait que cette pratique permet de réduire les crises d’épilepsie, en 2011 à Bangor au Pays de Galles une étude a montré qu’elle augmentait la motricité chez les parkinsoniens.

La Réflexologie ou la fusion du corps et de l’esprit

En bref, voilà la preuve faite que le corps et l’esprit sont intimement liés, et cela renforce l’intérêt des thérapies holistiques telles que la Réflexologie. En effet, cette dernière soulage le corps en ayant accès, via l’arc réflexe, à l’ensemble des organes et des systèmes qui le compose, mais elle prend également en compte le mental, les émotions, les conflits, le psychisme. Parce que je m’escrime à le dire, rien ne sert de régler une difficulté physique sans considérer la cause (qui peut être émotionnelle), de même que gérer le conflit psychique ne suffit pas toujours à réparer le corps…

Réflexologie

Par exemple, lorsque quelqu’un vient me voir en se plaignant de douleurs dorsales chroniques (et une fois écartées les causes posturales, discales etc), je vais à la fois soulager les tensions qui existent au niveau physique en agissant sur les zones réflexes correspondantes mais aussi chercher à comprendre ce qui se passe au niveau émotionnel. Très souvent, la détente induite par la séance, le soulagement d’avoir exprimé des difficultés non exprimées jusque là, une nouvelle approche du problème, combinées à mon action sur le pied permettent d’aller mieux.

Et si l’on comprend le principe de la somatisation (relire à ce sujet l’article http://reflexologieetpratiquesnaturelles.com/la-reflexologie/pourquoi-et-comment-somatisons-nous/ sur ce blog), et si l’on accepte l’idée que l’esprit puisse être à l’origine de certains de nos maux « physiques », alors on comprend que l’esprit puisse aussi être efficace au plan de la guérison. Et si l’on conçoit que l’esprit puisse réparer le corps, on conçoit également qu’il puisse être pathogène à certains moments.

C’est donc une excellente nouvelle que ce dossier de Science et Vie qui vient accréditer, de façon scientifique, ma vision de l’approche de la maladie.

Bien entendu, comme toujours, ces approches ne sont pas une « alternatives » à la prise en charge médicale, mais un extraordinaire complément. Si vous souffrez d’une pathologie aigue, il faudra voir votre médecin mais pensez à d’autres approches pour tout ce qui est chronique, là où la médecine traditionnelle reste dans réponse, et en accompagnement de votre traitement allopathique bien sûr.

En complément de cet article et de la lecture du S&V n°1153, vous pouvez écouter le podcast de France Culture : http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4711798

Boosté par WP-Avalanche