Tag Archives: La Réflexologie

La Réflexologie n’est pas un luxe !

Les discussions à bâtons rompus avec des personnes extérieures à son propre secteur d’activité sont souvent riches d’enseignements. Et c’est justement après l’une d’elles que je me décide à faire quelques éclaircissements sur la Réflexologie et ses objectifs.

La Réflexologie n’est pas un luxe, ce n’est pas non plus uniquement une pratique de confort pour gens fortunés. Soit, le but premier de la Réflexologie est effectivement le bien-être, parce que c’est réellement relaxant de se faire masser, parce que notre corps accumule des tensions, parce que s’agissant de la Réflexologie Plantaire, on confie ses pieds et c’est un vrai moment de bonheur. Soit, la séance n’est pas remboursée par la Sécurité sociale. Mais le prix d’une séance de Réflexologie c’est le prix de 7 paquets de cigarettes (soit 5 cigarettes par jour pendant un mois) ou de 12 barres chocolatées (soit une tous les 3 jours pendant un mois). Cela parait moins inaccessible soudainement…

La Réflexologie est une approche globale de la personne et de ses maux. Bien sûr, elle soulage le corps mais elle soulage aussi l’esprit. Une séance de Réflexologie ne se conçoit pas sans verbalisation de ses émotions, de ses conflits, de ses difficultés mais aussi de ses joies, de ses satisfactions, de ses réussites. Parce qu’on sait aujourd’hui que nombre de pensées non exprimées sont somatisées, parce qu’on sait qu’un mieux-être physique ne va pas sans un mieux-être émotionnel.
La Réflexologie est une approche exigeante parce qu’on ne vient pas y chercher une solution miracle comme on va chercher une botte de poireaux chez le marchand des quatre saisons. On y vient pour régler des difficultés dont on n’arrive pas à se débarrasser seul ou avec l’aide de la médecine traditionnelle. On sait que, lorsqu’on s’engage dans une approche telle que la Réflexologie, on va bouger de ses bases (et c’est intéressant de penser qu’on travaille sur le pied, comme base, c’est pas mal), on va se remettre en question, on va «travailler sur soi » comme disent certains. La technique manuelle va vous aider en stimulant les zones réflexes adaptées mais il va falloir accepter de changer de point de vue sur les choses, et la verbalisation, les conseils en hygiène de vie, la phytothérapie, les huiles essentielles vont venir compléter et réveiller vos capacités d’auto-guérison.
La Réflexologie c’est aussi une approche différente des symptômes. Le but n’est pas de les faire disparaître à tout prix mais d’en trouver et d’en éliminer la cause. Souvent, on a constaté qu’une approche « asymptomatique » soulage sur le moment mais que la douleur finit par réapparaître si on n’en a pas réglé l’origine. On va donc jouer les Sherlock Holmes en séance afin de trouver ce qui a bien pu, ou ce qui peut encore, alimenter ce cri du corps qu’est la douleur. Ou tout simplement prendre le temps de débriefer un quotidien néfaste, des habitudes alimentaires pathogènes, un environnement nuisible.

La Réflexologie c’est enfin du TEMPS pour soi. Parce qu’une heure que l’on s’offre pour faire le point sur soi, c’est extraordinaire. On a le temps de s’éloigner du sujet pour mieux y revenir, le téléphone ne sonne pas, la contractuelle ne remplit pas son office, on parle de soi et quelqu’un vous écoute. Vous êtes la personne la plus importante du monde, ici et maintenant. Vous vous faites du bien, durablement, sans vous faire de mal. La Réflexologie ne présente pas d’effets secondaires néfastes, le(la) praticien(ne) est bienveillant, il vous accompagne et vous aide à aller mieux.

Alors non, je le répète, la Réflexologie n’est pas un luxe, elle n’est pas réservée à une «élite» fortunée. 45 euros, c’est 1/6ème de ce que le français moyen dépense pour sa santé annuellement, hors remboursements Assurance Maladie et Mutuelles (source OCDE 2011). Je connais des personnes qui ne sont « jamais malades » mais qui carburent aux sédatifs pour se détendre, ou aux anti-acides pour leur estomac et autres laxatifs pour le transit. J’ai le sentiment qu’il n’est pas nécessaire de continuer plus loin la démonstration, à quel prix estime t’on la sérénité, l’épanouissement de ses enfants (parce que quand on va mieux, toute la famille va mieux), la rencontre de l’être aimé (parce que quand on s’aime soi-même, on devient « aimable »), la qualité de son sommeil ? Et je pourrais continuer comme çà longtemps…
J’espère vous avoir convaincu que la Réflexologie n’est pas une lubie de bobos en mal de bonheur mais réellement une approche naturelle pour aller mieux. J’espère vous avoir fait comprendre qu’investir dans son mieux-être est un vrai placement d’avenir, que parfois entre le dernier petit pull à la mode pour calmer temporairement ses angoisses ou une séance de Réflexologie, il ne faut pas trop hésiter. Parce que comme dit la pub «ce qui fait du bien à l’intérieur se voit de l’extérieur».

 

Comme pour chaque article, j’attends vos commentaires ci-dessous : )

 

Migraines, céphalées, quand ma tête me fait mal…

Une indication pour commencer : il existe une différence de définition entre les migraines et les céphalées. Ces dernières regroupent en effet toutes les sortes de maux de tête,  alors que les migraines sont chroniques, fréquentes et invalidantes, caractérisées à la fois par des douleurs au niveau du crâne et des nausées, quelques fois associées à une photophobie (sensibilité à la lumière) voire une phonophobie (sensibilité au bruit). La migraine fait donc partie des céphalées mais toutes les céphalées ne sont pas des migraines. Je m’intéresserai ici à la fois aux unes et aux autres dans ce qu’elles ont de commun, à savoir : maux de tête, grande fatigue due aux douleurs, gêne dans la communication, perturbation de l’activité quotidienne.

Douleur lancinante, inattendue, imprévisible, les céphalées touchent un adulte sur 20 chaque jour

En effet, à condition que l’examen clinique et neurologique soit normal bien entendu, la Réflexologie donne d’excellents résultats dans ce domaine. Je vois souvent venir à moi des personnes dites « migraineuses » depuis  longtemps (« depuis toujours » me disent-elles tant elles ont l’impression de n’avoir jamais vécu autrement), qui ne savent plus comment gérer leurs crises, qu’elles subissent en attendant que « çà passe ».

Evidemment, comme toujours, une précision s’impose : vous ne vous verrez pas définitivement débarrassé de vos maux de tête en une séance de Réflexologie si vous en souffrez depuis 15 ou 20 ans. Il faudra se voir quelques fois, tout dépendra de votre réactivité, de votre hygiène de vie, de votre niveau de stress etc.  Cependant, vous ressentirez rapidement un mieux-être pouvant aller jusqu’à la disparation des symptômes.

Les séances comportent à la fois une stimulation des zones réflexes au pied, de la relaxation, des conseils en hygiène de vie, des recommandations pour un accompagnement phytothérapique.  En effet, je le répète souvent, la Réflexologie est une pratique « holistique » (qui considère l’humain dans sa globalité : physique, mentale, émotionnelle). Il ne s’agit pas de rechercher la simple disparition du symptôme, c’est ce que fait le médicament et dans le cas qui nous préoccupe aujourd’hui, il se révèle bien généralement impuissant.

Une séance dure 60 minutes au cours desquelles nous avons le temps d’aborder tous ces domaines et le résultat est très souvent étonnant. Si la perspective de vous enfermer dans le noir plusieurs jours par mois, ou de passer certaines journées la tête dans un étau ne vous satisfait plus, tentez la Réflexologie.

Somnifères mortels – Comment faire pour s’en passer…

Une information est passée inaperçue dans l’actualité de notre beau pays, plus occupé il est vrai à réfléchir à la prochaine échéance électorale… Elle concerne pourtant un grand nombre de concitoyens puisqu’il y est question des somnifères et autres anxiolytiques que, si l’on en croit les statistiques, nous consommons par poignées ici en France.

De quoi s’agit-il exactement ? Une étude américaine vient d’être publiée dans laquelle une équipe de scientifiques emmenée par le Dr KRIPKE a observé plus de 10 000 patients (10 529 pour être précise) ayant consommé des hypnotiques (la classe des médicaments destinés à faire dormir) entre 2002 et 2007. Ils les ont comparés à un groupe de plus de 20 000 personnes ne prenant jamais de somnifères et ont observé des disparités qui font froid dans le dos : un risque de mortalité 4 fois plus élevé chez les consommateurs de tranquillisants et hypnotiques, un risque de cancer plus important de 35 %, des maladies cardiaques et chroniques en plus grand nombre.

On s’en doutait, de manière intuitive, qui peut prétendre prendre de telles substances au long cours sans endommager sa santé… Cela dit, quand c’est avéré, que cela devient précis et concret, on se dit qu’il faut prendre les choses en main. Surtout quand on s’aperçoit qu’une autre étude, française celle-ci, avait été menée par le Pr BEGAUD et ses équipes de l’INSERM/Université de Bordeaux, et publiée en septembre dernier dans Sciences et Avenir. Le chercheur y indiquait avoir étudié 3 777 personnes de plus de 65 ans ayant été consommateurs d’anxiolytiques et/ou de somnifères pendant 2 à 10 ans et a constaté un risque accru de 20 à 50 % de maladies d’Alzheimer. Selon la même étude, entre 16 000 et 31 000 cas d’Alzheimer seraient imputables à la prise de psychotropes.

Et puis, on sait que les somnifères sont souvent mis en cause dans les accidents de voiture, les chutes, les ulcères…

Alors… Qu’est ce qu’on fait ? Est ce qu’on continue a être les champions du Monde de la consommation de somnifères et autres anxiolytiques (120 millions de boites vendues par an) ? Est ce qu’on continue à faire prospérer l’industrie pharmaceutique qui n’a aucun intérêt à ce que nous nous passions de ses services (sans compter que certains des clients insomniaques d’aujourd’hui sont les clients cancéreux ou atteints d’Alzheimer de demain) ? Est ce qu’on prend le risque d’être un jour un senior dépendant qui ne reconnait même plus ses propres enfants ? Ou bien est ce qu’on trouve d’autres solutions ?

Evidemment, vous m’aviez vue venir, on A d’autres solutions ! Que l’on ait déjà pris des somnifères, que l’on en prenne et depuis longtemps, que l’on ait des problèmes de sommeil récurrents (difficultés d’endormissement et/ou réveils nocturnes) sans avoir encore franchi le cap des hypnotiques, dans tous les cas il est possible de se tourner vers d’autres méthodes, naturelles cette fois. Elles seront choisies et adaptées au cas spécifique de la personne, parce qu’on ne dort pas de la même façon quand on a 24 mois ou 60 ans, parce que les angles « d’attaque » ne sont pas les mêmes qu’on soit homme ou femme, parce que ce qui empêche de dormir un hyperactif ne ressemble pas tout à fait à ce qui tient éveillé un dépressif.

Dans tous les cas, la Réflexologie peut être d’un grand secours.

Si vous avez des difficultés de sommeil, commencez par trouver un(e) bon(ne) Réflexologue. Si vous n’en connaissez pas, rendez vous sur les annuaires des 2 Fédérations Professionnelles : FFPER ou FFR.

Explorez les sites web des Réflexologues prêts de chez vous, les blogs (comme celui-ci) et faites aussi appel au bouche à oreille… Dans ces méthodes, le contact est très important, il faut que « le courant passe » comme on dit. Faites-vous confiance. Une fois trouvé le praticien, les séances, rapprochées au début, vous permettront de réguler ce qui a besoin de l’être, de retrouver la sérénité si besoin est, de libérer les tensions, de réapprendre le retour au calme. Et puis, le(la) Réflexologue pourra vous conseiller dans la jungle des compléments alimentaires et autres huiles essentielles pour trouver ce qui est adapté à votre cas.

Une séance de Réflexologie Plantaire ou le Retour au Calme assuré

Bien entendu, comme toujours, il faut faire preuve de bon sens. Il n’est pas question de tourner le dos à son médecin, bien au contraire, et surtout lorsqu’on a un traitement au long cours, ne pas entamer de sevrage sans suivi médical. Et puis, il faut avoir à l’esprit que mieux vaut une cure ponctuelle de somnifères pour faire de bonnes nuits et se remettre d’aplomb qu’une carence chronique de sommeil. Je ne fais pas partie de ces « intégristes » des Médecines Douces qui refusent d’entendre parler de traitements conventionnels. Je crois, dans le cas présent, que ne pas avoir un bon sommeil est aussi préjudiciable pour la santé que de prendre des somnifères pendant des années. Mais il est bon de savoir que d’autres solutions existent, que les hypnotiques de manière permanente ne sont pas sans risque et que la nature met à notre disposition des réponses intéressantes. Un homme averti en vaut deux…

Cet article vous a plu, vous avez des remarques ou des questions… Merci de commenter ci-dessous

 

10 choses que N’EST PAS la Réflexologie

Parce qu’on vous dit toujours en quoi consiste cette technique « étrange » qu’est la Réflexologie, parce qu’à force vous avez bien compris qu’il s’agit une méthode de stimulation des zones réflexes au pied (pour ce qui concerne la Réflexologie Plantaire), parce que vous avez lu ou entendu beaucoup de choses telles que « avec cette méthode, vous pouvez vous débarrasser de maux même chroniques qui vous embarrassent depuis des années et dont les traitements traditionnels n’ont pas réussi à venir à bout », parce que finalement vous savez ce qu’est la Réflexologie… Pour toutes ces raisons, je voudrais vous dire ce que N’EST PAS la Réflexologie…

Réflexologie Plantaire

1 – La Réflexologie n’est pas de la magie :

le(la) Réflexologue n’est pas un marabout qui va faire disparaître vos symptômes d’un coup de baguette magique mais un professionnel, formé à une technique précise. Un praticien sérieux aura suivi une formation sur plusieurs années et affichera son (ses) certificat(s) indiquant, en français (ou au moins en anglais et non pas dans une langue étrangère inconnue de tous), le nombre d’heures et le lieu de formation.

2 – La Réflexologie n’est pas instantanée :

c’est une méthode sérieuse qui nécessitera peut être plusieurs séances et un véritable engagement de votre part. Il y a fort à parier que vous ne vous débarrasserez pas d’une douleur qui vous tient depuis plusieurs années en seulement 60 minutes.

3 – La Réflexologie n’est pas un « médicament » :

elle mobilise les ressources de guérison du corps et s’attaque à la cause autant qu’aux symptômes. C’est pourquoi, le (la) Réflexologue accompagne souvent ses séances de conseils en hygiène de vie qu’il faut être prêt à suivre pour aller mieux.

4 – La Réflexologie ne morcelle pas le corps en zones indépendantes:

il s’agit d’une approche globale qui ne soulage pas d’un côté en détraquant de l’autre parce qu’il est toujours dommage de s’être débarrassé de ses douleurs dorsales mais d’avoir des maux d’estomac à la place, par exemple…

5 – La Réflexologie n’isole pas le corps et l’esprit :

on emploie le vocable un peu compliqué c’est vrai de « holistique » qui signifie que l’on considère que tout est lié et qu’une douleur chronique peut trouver son origine au niveau émotionnel de même qu’un symptôme physique peut influer sur le bien-être psychique. Le (la) Réflexologue prend le temps de comprendre comment et pourquoi un symptôme est apparu, et prend en compte le retentissement de vos difficultés de santé sur votre vie personnelle.

6 – La Réflexologie n’est pas douloureuse :

le (la) Réflexologue utilise l’arc réflexe par pression à différents endroits du pied, l’efficacité est due à un choix judicieux des zones à stimuler, à un savoir faire et une connaissance de la physiologie et de la situation de la personne, en aucun cas à une pression forte, plutôt préjudiciable.

7 – La Réflexologie ne chatouille pas :

que les pieds chatouilleux se rassurent, le toucher du praticien, les mouvements des mains et l’huile utilisée font que même les personnes chatouilleuses peuvent bénéficier d’une séance de Réflexologie Plantaire.

8 – La Réflexologie n’est pas une pratique divinatoire :

si quelquefois le (la) Réflexologue est capable de savoir d’un simple coup d’oeil que vous avez tel ou tel grand trait de caractère, c’est parce la connaissance et l’experience font de lui (elle) un véritable expert de la forme du pied et qu’il existe aussi une morphopsychologie de cette partie du corps, parce qu’un grand timide ne marche pas comme un extraverti notoire, par exemple. De même, s’il (elle) détecte rapidement au toucher que tel endroit vous fait souffrir, c’est parce qu’il connait parfaitement la cartographie des zones, la texture des tissus, parce qu’il a étudié des centaines et des centaines de pieds au cours de sa formation et de sa carrière.

9 – La Réflexologie n’est pas « nouvelle » :

pratiquée depuis des millénaires en Chine mais aussi chez les Incas ou dans l’Egypte ancienne, cette technique a été remise au goût du jour de maniere plus scientifique par le Dr Fitzgerald puis par Eunice Ingham au 20ème siècle bien qu’ayant toujours été pratiquée de manière empirique depuis le 16ème siècle en occident.

10 – La Réflexologie n’est pas réservé à un certain type de personnes :

absolument tout le monde peut recevoir une séance de Réflexologie, bébé, senior, homme, femme, personne très dynamique, malade en fin de vie, sportif, personne a mobilité réduite, future maman, étudiant en préparation d’examen, grand stressé, zen confirmé… Seules contre-indications : les phlébites et le premier trimestre de grossesse ainsi que les pathologies du système lymphatique.

Voilà, en 10 points, une anti-définition de la Réflexologie qui je l’espère aura éclairé votre lanterne, clarifié certaines de vos interrogations et mis à mal nombre d’idées reçues. Et j’aurais pu ajouter :

11 – La Réflexologie n’est pas alternative :

le(la) Réflexologue ne vous dira jamais d’arrêter votre traitement allopathique, il(elle) ne se substitue pas au diagnostic médical. La Réflexologie préfère l’adjectif « complémentaire » et accompagne avec beaucoup d’efficacité les traitements conventionnels. Dans les pathologies lourdes par exemple, il est extrêmement bénéfique de se faire aider par de la Réflexologie.

Si cette article vous a plu, ou s’il éveille chez vous des réflexions ou des questions, merci de le commenter ci dessous…

Que faire quand les 1ers symptomes de la grippe apparaissent ?


Elle a fini par arriver… Comme le disait avec humour cette semaine un chroniqueur de France Inter, je ne parle pas de la candidature de Sarkozy mais bien de la Grippe…

Les médecins du réseau Sentinelles sont formels. Ils surveillent le nombre de syndrômes grippaux vus en consultation et définis par une fièvre supérieure à 39°C, d’apparition brutale, accompagnée de myalgies (comprenez : douleurs musculaires),  et de signes respiratoires. A partir de ce nombre de consultations pour syndrômes grippaux, il est possible d’estimer la part attribuable à la grippe.
Alors que faire si ça vous tombe dessus ? Voici, en vrac, mes gestes « urgence syndrôme grippal » :

  • des gouttes d’Echinacea TM (en magasin bio ou pharmacie) à raison de 30 gouttes 3 fois par jour pour un adulte. L’echinacea, en plus d’être une très jolie fleur, est immunostimulante et donne de très bons résultats notamment sur les infections des voies aériennes supérieures. À prendre à distance des repas, dans un demi verre d’eau.
  • de la vitamine C naturelle (acerola ou cynorhodon) a dose maximale.
  • 2 gouttes de chacune des huiles essentielles suivantes sur un sucre : ravintsara, origan compact, laurier noble, 3 fois par jour.
  • si le nez coule, pensez aux nettoyages à l’eau de mer, assez peu agréables je le concède mais ô combien efficaces.
  • toujours pour le nez, des gouttes de propolis (qui existe aussi en spray pour la gorge, si vous avez mal, décapant et radical).
  • si vous avez de la fièvre et même si physiologiquement elle a un intérêt, vous pouvez prendre du paracetamol pour la faire baisser.

Evidemment, à tout cela et si vous avez une bonne reflexologue, vous pouvez (devez) ajouter  une séance de réflexologie en urgence. Cela aidera à stimuler la réponse immunitaire. Le réflexologie choisira des huiles essentielles adaptées qui, appliquées sur la plante du pied, c’est prouvé, passeront dans la circulation générale très rapidement. Selon votre état, vous la ferez passer à domicile ou vous rendrez au cabinet.

 

Voilà, les 1ers réflexes que je vous conseille. Bien entendu, comme toute automédication, il s’agit là d’une tentative pour enrayer le démarrage de l’infection. Si vous ne constatez aucune amélioration des symptômes, voire une aggravation, consultez sans tarder votre médecin.

Et dans un autre article, je vous expliquerai comment prévenir les maux de l’hiver… A l’automne prochain d’ailleurs…

La Réflexologie, c’est quoi ?

La réflexologie, c’est le bien-être absolu ! Pour se sentir au mieux de sa forme, sans stress, la Réflexologie est une solution zen à privilégier, cette technique se met à vos pieds en malaxant vos voûtes plantaires ! Explications.

La réflexologie est l’une des techniques les plus efficaces contre le stress. Elle fait partie des médecines douces et consiste à masser des points précis de la plante des pieds. Dans la Chine et l’Egypte anciennes, on connaissait déjà les bienfaits des pressions appliquées sur la voûte plantaire. Des pressions très ciblées permettent de se redynamiser en douceur ou de se délasser. La réflexologie assure une réelle source de bien-être : elle élimine le stress, les tensions, les toxines, assure la décontraction musculaire et mentale, réveille l’organisme pour qu’il se défende, et fait jouer ses capacités d’auto-guérison. Attention toutefois, la réflexologie est un soin complémentaire et ne peut jamais se substituer à un traitement médical. Elle est indiquée dans de nombreux cas et ne connait que peu de contre-indications… Essayez !!!

La Réflexologie, méthode complète…

Pour les personnes chez lesquelles prédomine le mental, le Réflexologie permet un recentrage. Elle permet d’obtenir des résultats intéressants en complément d’une psychanalyse ou d’une psychothérapie car la parole du corps est aussi un précieux outil de guérison psychique.

En dénouant certains blocages physiques, la Réflexologie peut relancer le travail de psychothérapie dans une nouvelle direction. Elle permet d’accélérer la sortie des mécanismes de répétition inconsciente, ceux là mêmes qui sont la source de certains blocages physiques générant maux et maladies.

La Réflexologie peut aussi soutenir ceux qui souhaitent sortir de la dépendance aux somnifères, au tabac, à la nourriture ou à l’alcool.A l’hopital Cochin, le Dr Boissonnas l’a même proposée en complément de cures de sevrage : « En situation de crise, la Réflexologie calme parfois aussi efficacement qu’un médicament ».

Que ce soit pour le physique ou le psychique, la Réflexologie permet au patient de prendre conscience de ses ressources internes. En remettant en mouvement le corps et l’esprit, elle permet d’entrer dans une dynamique d’amélioration de son état de santé.

Boosté par WP-Avalanche